WALTER RICCI

Walter Ricci, né en 1989, a grandi dans un environnement musical grâce aux stimuli de son père musicien. Il se forme en écoutant toutes sortes de musiques mais, dès son plus jeune âge, c'est le jazz sous toutes ses formes qui l'intrigue et le fascine, du swing au bebop, jusqu'au jazz contemporain. Attiré par des géants tels que Frank Sinatra, Tony Bennett et Ella Fitzgerald, il se consacre à l'étude du piano, se spécialisant immédiatement dans la technique de l'improvisation. En quelques années, il est déjà sur les scènes des clubs de jazz les plus prisés, se produisant avec des musiciens connus et expérimentés.

 

En 2006, il remporte le "Prix national Massimo Urbani" : sa carrière est définitivement lancée. C'est à cette occasion qu'il rencontre le trompettiste turinois Fabrizio Bosso, qui le voudra souvent à ses côtés et qui le soutiendra dans les années suivantes. En 2007, il suscite l'intérêt de certains réseaux et journaux internationaux tels que "Jazz Magazine" et "Jazzit", qui lui consacrent plusieurs interviews.
 

En 2008, il rencontre Stefano Di Battista, avec qui il se produit en Italie et à l'étranger, en France, en Espagne, en Suisse.

La même année, sa voix apparaît sur l'album "TOUCH" de Lorenzo Tucci, l'un des batteurs de jazz les plus talentueux d'Italie, distribué par SCHEMA RECORD au Japon et dans d'autres pays.

En 2009-10, il a rencontré Pippo Baudo qui l'a invité au programme "Domenica In" en tant que vocaliste de l'orchestre dirigé par Pippo Caruso. Dans les nombreux épisodes du programme, diffusé sur le premier réseau national, a l'occasion de rencontrer et de faire des duos avec des artistes de renommée internationale, dont Michael Bublè et Mario Biondi. Ce dernier l'invite à collaborer à son album et à sa tournée. Entre-temps, il collabore avec Guido Pistocchi dans l'album "SPRING TIME" (label DEJAVUR).

 

Après de nombreux projets à succès et de belles collaborations, Walter Ricci participe en 2016 au festival international NEW WAVE CONTEST à Sochi, en Russie, où il remporte la première place (ex-aequo avec le rockeur croate Dino), enchantant le public et le jury.

Walter Ricci, qui se produit aussi bien avec ses propres ensembles qu'en collaboration avec des artistes de renom, prouve qu'il ne maîtrise pas seulement la grande tradition des crooners les plus célèbres d'outre-Atlantique, mais que, grâce à son écoute illimitée et à son amour sans bornes pour la musique de tous les genres et de toutes les époques, il est capable de créer un style personnel plein de nuances et de nouveaux sons, passant avec beaucoup de naturel du jazz à la pop.